JE NE SUIS PAS MES PENSEES.

Je ne suis pas mes pensées!

je suis beaucoup plus que cela:

Je suis celle qui choisit à quelle pensée je vais donner mon attention.

Et ceci est un réel pouvoir!

Combien de fois nous laissons-nous prendre par nos pensées sans essayer de prendre de la distance? Sans vérifier la qualité, l'utilité ou la véracité de notre pensée?

Combien de fois laissons-nous l'outil mental nous diriger à la place de gérer l'outil au mieux pour nous?!

Et pourtant à qui viendrait l'idée de se laisser diriger par un outil. Ou encore par une radio? L'émission que nous écoutons ne nous plaît pas? Nous changeons de fréquence voire nous coupons la radio, pas vrai?

Et encore si nos pensées étaient vraies! Mais le sont-elles ?

Pas vraiment. Pas tout le temps.

Elles représentent le plus souvent une partie de la réalité filtrée par nos peurs, nos croyances, nos valeurs, notre conception du bien et du mal, notre éducation...

Alors à partir du moment où ma pensée crée du stress en moi, je peux l'explorer, je peux prendre de la distance, et la regarder en spectateur neutre.

L'interrogation socratique peut être un bon moyen d'explorer la qualité et la justesse de notre pensée :

  • Ma pensée est-elle vraie? Vraiment vraie? Si elle est vraie, elle devrait l'être pour la majorité des personnes. Je vous donne un exemple : lors d'une conversation, une jeune femme s'indigne : elle est invitée à un mariage et la future mariée a choisit que chaque invité s'habille en blanc et noir. Elle me dit " enfin, cela ne se fait pas!" Sa pensée était-elle vraie? Pour elle certainement, sa pensée reflète directement son éducation où il a dû être dit à un moment donné : seule la mariée s'habille en blanc.Et pourtant sa pensée n'est pas vraie pour tout le monde, la preuve que cela se fait, cette future mariée en a décidé ainsi. Cette question nous permet de nous ouvrir à une réalité plus grande et à nous aider à ouvrir nos conceptions.

  • Ma pensée est-elle utile ? Reprenons le même exemple. En quoi de penser "cela ne se fait pas de s'habiller en blanc si nous ne sommes pas la mariée" est-elle utile? Elle est utile si je comprends que cela crée un conflit en moi et que je suis prête à la dépasser, sinon elle ne sert pas à grand chose, non?

  • Ma pensée est-elle juste et positive? Toujours avec le même exemple, elle n'est ni juste ni positive. Elle crée un jugement et un agacement pour la personne qui la tourne dans sa tête et l'empêche d'accepter ce qui est.

  • Pourrais-je penser différemment? Ou pourrais-je trouver une façon de penser qui soit à la fois vraie, utile et juste? Ou comment penserait la personne que j'admire le plus au monde? Dans l'exemple de la tenue de marriage pour les invités, le plus simple pour moi serait de penser : j'ai envie de participer et d'aider mon amie pour que cela soit vraiment sa journée, alors je choisis de me trouver une belle robe blanche et noire qui me plait.

N'hésitez pas à vous poser ces questions pour mieux prendre conscience de la qualité et de l'utilité de vos pensées. Cela peut vous faire gagner du temps.

Pour en savoir plus, sur ces différents filtres à faire passer à nos pensées, vous pouvez consulter le livre "les 7 portes de mon Etre" ou voir la méditation "s'interroger sur la justesse de ma pensée"

Je ne suis pas ma pensée mais je suis la conscience qui décide d'accorder son attention à telle ou telle pensée.

Quand j'ai enfin compris, que c'était moi et moi seule,

qui décidait de donner mon attention à une pensée et qu'en lui donnant mon attention, je la nourrissais de mon énergie et qu'elle pouvait ainsi prendre plus de plus de place dans ma conscience, j'ai décidé d'être plus attentive aux pensées que je choisissais de tourner dans ma tête. Et j'ai appris à faire des pauses mental.

Nous testons une petite pause mentale?

Prêt?

Avant de commencer, je vous rappelle que nous avons toujours tendance à réagir de la même façon face à une même sorte de stimulis : un peu comme une programmation et surtout par facilité. Alors qu'il s'agit là, d'apprendre à penser différemment.

Alors laissez venir un événement que vous avez vécu récemment et qui a crée un petit stress. Prenez juste le temps de vous souvenir l'événement de la manière la plus factuelle qui soit: remémorez-vous les faits et uniquement les faits.

Je sais pour certains cela n'est pas le plus facile. Lorsque cet événement a eu lieu vous avez dû avoir certaines pensées qui étaient votre façon habituelle d'y penser et c'est tout à fait humain. Maintenant laissez venir plein de façons différentes d'y penser, trouver une multitude de stratégie de penser diverses, cherchez la façon de penser qui ne créerait pas de stress en vous, soyez vraiment créatif, puisez dans vos possibles qui sont bien plus étendus que vous croyez. Pour vous aider, vous pouvez revoir l'événement d'angles variés : point de vue d'autres personnes, mais aussi si vous regardiez depuis le soleil ou encore si vous regardiez alors que vous avez 10 ans de plus, si c'était l'espace de sagesse en vous qui vivez cela...ou encore qu'aimeriez-vous réellement penser?

Si vous avez des difficultés, laissez-vous guider par la méditation "Je change de façon de penser"

La pause mental est un enseignement qui se fait à reculons.

Au départ, nous la faisons en différé soit bien après que l'événement ait eu lieu et nous observons comment nous aurions pu réagir de différentes manières. Petit à petit, nous allons arriver à réaliser cette pause mentale de plus en plus souvent en temps réel : un événement ou une information nous arrive et nous cherchons immédiatement quelle serait la façon la plus utile, la plus positive pour moi de penser à cela.

Je vous promets que cela fait gagner bien des ressassements inutiles.

Le ressassement, j'y viens!

RESSASSEMENT = ALARME

Mon inconscient ne peut pas gérer, je suis en conflit intérieur, il est temps que je m'en occupe consciemment.

Lorsque je ressasse, les faits tournent en rond en permanence dans ma tête. Je suis dans un espace problème et pourtant je ne peux plus changer les faits. Ils sont terminés. Je ne peux pas changer ce qui a été mais je peux prendre en charge l’effet que produit cet événement encore en moi aujourd’hui.

Lorsque je reste scotchée sur un événement passé, c’est un signal d’alarme interne pour me dire que j’ai un travail à faire. Le travail ne peut pas se faire au niveau de l’événement mais au niveau de ce que j’en ressens. L’erreur fréquente est de croire que je vais trouver une solution en pensant sans arrêt à l'événement qui a crée ma pensée.

Je vous donne un exemple. Une patiente est en colère : lorsque sa grand-mère est morte, son père (donc le fils de la grand-mère) a jeté tous les carnets intimes de sa mère et cette colère dure depuis 8 ans. 8 ans de colère et de ressassement, Et elle n'accepte pas de laisser partir sa colère, voire elle la recrée en permanence car elle revient au fait. L'inconscient ne peut plus gérer, il y a trop de conflits internes, le corps commence donc à parler : son foie est archi bloqué, sa rate ne va pas fort...

Y-a-t-il une solution dans l'obsession, dans le ressassement ?

Combien de temps avons-nous envie de tourner en rond ?

Dans l'exemple précédent, 8 ans. Mais j'ai eu une dame de 85 ans qui en voulait encore à sa mère pour une situation vécue il y avait 80 ans.

Combien de temps désirez-vous voir les faits avec la même façon de penser? Combien de temps désirez-vous remettre le même film - que pourtant vous n'aimez pas - en mode replay et replay encore et donc vous autoflageler et vous faire souffrir? Car ce n'est pas la situation qui vous fait souffrir mais bien de ne pas changer de façon de penser.

Alors on apprend à changer de façon de penser? On apprend enfin les leçons des événements?

Vous avez besoin d'aide, écoutez la méditation "J'apprends à sortir du ressassement" ou lisez l'article "je ressasse".

Et je vous retrouve très bientôt, avec l'épisode 3 sur le mental : nous verrons comment se programmer un futur positif, obtenir encore plus ce que nous voulons en programment notre inconscient.

Retrouvez ici tous les articles précédents sur le mental.



32 vues
  • Facebook
  • Instagram