top of page

Un plan de guérison, une base incontournable

Dernière mise à jour : 5 mai 2023

S'organiser pour guérir, pour "guai-rire"


Quand notre corps s’exprime fort au point d’en être malade, il est vraiment grand temps de s’occuper de soi. Et nous avons vraiment toutes les ressources en nous.


"Ce que je crée, je peux le dé-créer." Dans la majorité des cas, c'est nous-même qui créons notre maladie et nous pouvons dé-créer ce que nous avons créer et participer activement à notre guérison.


N’imaginez pas que cela va être magique. Votre corps n’est pas une voiture que vous allez laisser chez le garagiste pour le retrouver guéri. Bien souvent prendre un traitement médical ne suffit pas. Vous êtes votre corps ou encore votre corps est votre inconscient et vous avez décidé de guérir, allez, hop on se met à l’œuvre. Vous allez devoir passer à l’action. Et votre implication est primordiale, elle va faire toute la différence.


S'il faut du temps pour créer une maladie et il en faut beaucoup moins pour guérir.


Et maintenant, à l’oeuvre d’amour. Préparons-nous un plan de guérison "aux petits oignons" pour nous faire du bien et retrouver une pleine santé, une santé radieuse.


C'est ce qui m'est arrivé dernièrement ! Rien de tel qu'une expérience de "maladie" pour la vivre, en synthétiser l'essentiel et le partager.




Créer un plan de guérison modulable

Modulable, car hors de question de se bloquer dans quelque-chose de rigide. Je vous conseille de rester présent à ce qui se pose là, ici et maintenant, et que vous n'aviez peut-être pas prévu hier, mais qui fait nécessité ou paraît être une évidence.

Chaque plan de guérison doit être adapté à chaque personne et à chaque situation individuelle.



1- La première décision à prendre : prendre soin de soi au niveau physique

Commençons par le basique et l'évident :

  • Boire suffisamment : au moins 2 litres d'eau par jour, soit environ 8 verres d'eau de 250 ml. Cette quantité est bien-sûr à adapter selon les personnes, le climat, l'activité...

  • Manger sainement : pour les maladies lourdes, je conseille de consulter un.e naturopathe qui saura vous conseiller les aliments à éviter et les aliments à privilégier. Notre alimentation n'est -elle pas notre premier "médicament"?

  • Dormir profondément : notre corps se régénère pendant notre sommeil, on en profite.

  • Pratiquer une activité physique, en fonction de ses capacités bien-sûr.

  • Supprimer ou limiter tout ce qui n'est pas bon pour notre santé : tabac, alcool et tout autre produit stupéfiant consomment de l'énergie et ce n'est pas le moment, nous avons besoin de toute notre énergie pour guérir.

  • Suivre bien-sûr les recommandations de votre médecin et cela est possible travailler en étroite collaboration avec lui pour créer Votre plan de guérison idéal pour vous.

2 - Choisir une ligne directrice : je garde le cap et le moral

Il est important de se donner une ligne directrice : où allez-vous ? Là aussi, nous pouvons commencer par l'essentiel :

  • Libérer tout stress et toute angoisse : cela est déjà un vrai travail. Nous savons que le stress et l'angoisse acidifient notre terrain et affaiblissent notre système immunitaire. Il est primordial de comprendre que c'est l’interprétation que nous donnons à une situation qui détermine si nous allons nous sentir stressé ou/et angoissée. Je vous conseille donc d'apprendre à gérer votre stress et votre angoisse.

  • Comprendre que l'espace en souffrance a besoin de moi : la maladie ne se combat pas. Par contre, je vous invite à comprendre que l'espace qui souffre a besoin d'aide, de soutien, de réconfort. Vous pouvez prendre le temps d'aimer cette zone en souffrance de tout votre coeur.

  • Être à l'écoute de ses besoins essentiels : il s'agit là d'être vraiment attentif à soi-même dans une écoute fine et bienveillante pour privilégier nos propres besoins avant qui que cela soit d'autres. Et bien-sûr faites-vous le véritable cadeau d'amour de vous donner ce dont vous avez besoin, de ce dont la zone en souffrance a besoin. Ne le cherchez pas à l'extérieur, réveillez-le en vous.

  • Décider de se rendre heureux et de tout faire pour cela : ce sont les sentiments élevés qui favorisent le mieux la guérison. Cherchez quelle pensée et quel sentiment vous aident à vibrer plus haut, plus en harmonie et augmentez vos vibrations positives plusieurs fois par jour. Souvenez-vous que les énergies de même nature s'attirent.

  • Et entre temps, trouvez des moyens de vous divertir : Faites des activités que vous appréciez qui vous remontent le moral, comme regarder un film, lire un livre, créer... Passez du temps avec les personnes que vous aimez et qui vous soutiennent. Riez, jouez, profitez de la vie.


3 - S'organiser, structurer son temps, créer des rituels santés.


Combien de temps vous accordez-vous pour guérir ? A partir du moment, où nous comprenons que nous avons un problème de santé, et selon la gravité de ce problème, nous pouvons décider de nous accorder du temps.


Pour me remettre en totale cohérence avec moi-même, je me suis fixée 15 jours de repos intensifs et 6 mois pour guérir complètement avec un allégement de mon emploi du temps professionnel jusqu'à guérison complète.


J’ai décidé ensuite de m’octroyer trois temps forts dans ma journée parce que je sais que c’est ce qui fonctionne et que c’est comme ça que nous avons les meilleurs résultats :

· Le matin au réveil

· Après le repas du midi

· Le soir avant de m’endormir


Et des moments à la demande comme par exemple :

· faire une pause dès que je ressens du stress ou de l’angoisse pour immédiatement le traiter.

· Agir en fonction de mes envies réelles et spontanées. Ou dit autrement, être dans une écoute fine de mes intuitions et être en présence de plus en plus intense.


Tout cela finit par créer des habitudes de comportements positifs qui peuvent devenir des rituels que nous n'allons pas oublier. Et oui, il est primordial de s'occuper de soi, d'apprendre enfin et véritablement à s'accepter et s'aimer tel que nous sommes.



4- Travailler à différents niveaux : causes et conséquences

La maladie est toujours signifiante. Le mot l'exprime de lui-même : "le mal-a-dit". Et que nous dit-il? Pourquoi mon corps s'exprime-t-il aussi fort et aussi douloureusement bien souvent?


Cette étape n’est pas la plus évidente. Bien-sûr dès qu’il y a un problème de santé, nous connaissons la conséquence et c’est cela que la médecine allopathique traite. Ce premier pas est important, pourtant, cela ne me suffit pas.


Pourquoi mon corps, qui est mon inconscient, réagit-il comme cela ? Qu’est-ce qu’il me dit ? Qu’est-ce que je n’ai pas voulu entendre ou que je n’ai pas voulu ou pas pu traiter ? Je sais très bien que si je libère les causes, les manifestations vont disparaître. Et je vous invite à ne pas oublier que la maladie est un excellent enseignement : la maladie fait évoluer, grandir, lâcher-prise.


Vous désirez un plan de guérison pratique et tout de suite utilisable ? Mes méditations sont là pour cela.


Objectif guérison : un plan générique à adapter à votre propre problématique



Activer son système de guérison

Si vous souffrez :

Pour comprendre ce que vous dit la maladie (le mal a dit)

Pour élever vos vibrations et être dans un état plus propice à la guérison

Pour programmer votre futur ou programmer

  • Écouter la méditation « Je une prépare situation de mon futur » et lorsque dans la méditation, je vous invite à vous visualiser après, imaginez-vous rayonnant de santé.

  • Écouter la méditation « je programme mon futur », souvenez-vous que vos pensées créent votre réalité. Il est temps pour vous d’utiliser cette connaissance.




Pour conclure : l'histoire de Liza


J’ai suivi Liza en thérapie pour des crises d’angoisse et elle repartait à chaque séance avec "un plan de travail" pour le mois à venir.

Les premiers temps de sa thérapie, Liza ne fait pas le travail que je lui conseille entre les séances. C’est ok pour moi, je la préviens juste qu’il lui faudra plus de séances, c’est tout.

Au bout de quelques mois, elle trouve que nous n’avançons pas assez vite. Je lui rappelle « et le travail que je vous conseille entre les séances, vous en êtes où ? C’est un peu comme d’aller chez un médecin, et de ne pas prendre les médicaments qu’il vous prescrit. Ou encore chez une nutritionniste et de ne pas suivre le régime. Vous voulez aller plus vite? Commencer à faire les exercices que je vous conseille. »

Liza s’y met un peu quand cela lui chante au départ et elle commence à se sentir un peu mieux. Une dernière fois, je la remotive pour qu’elle ait plus de régularité dans sa pratique, en lui expliquant que guérir, c’est accepter de changer, c’est apprendre d’autres façons de penser, de se comporter et que tout apprentissage demande du temps. Qu’il faut s’entraîner… », et je n’ai plus de nouvelles de Liza.


Un an plus tard, je la retrouve à une de mes formations Reiki. Et pendant la pause déjeuner, je lui demande « et alors tu en es où de tes crises d’angoisse » et elle me répond « est-ce que je peux partager mon expérience avec tout le groupe ? » et voilà Liza qui explique tout son cheminement jusqu’à son dernier rendez-vous où elle a compris l’importance d’avoir une pratique régulière. Et de conclure, "à partir du moment où j’ai enfin mis en place quotidiennement tous les exercices vus avec Catherine, je n’ai plus fait aucune crise d’angoisse."


Si Liza a réussi, si Martine qui a entendu cette histoire et a décidé à ma plus grande joie d'enfin vraiment se mettre à s'occuper d'elle et si tant d'entres nous, y sont arrivés, vous aussi vous le pouvez.


Alors à chacun d'entre vous, je souhaite une santé radieuse.





Vous avez aimé cet article, vous désirez plus d'article de cette qualité, liker.


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page