Je prends de la distance

Savez-vous que si nous prenions de la distance par rapport à ce que nous vivons, il nous serait beaucoup plus facile de gérer nos pensées et nos émotions? Bien souvent nous restons en gros plan sur les problèmes que nous vivons et alors nous ne voyons qu'eux. Le détail qui tue Je me souviens que lorsque ma mère rentrait du travail, elle voyait ce que nous n'avions pas fait des tâches qui nous étaient imparties à nous les enfants pendant nos vacances et oubliait tout ce que nous avions pu faire. C'est comme si elle avait un radar pour voir immédiatement juste ce qui n'était pas fait. Nous avions pu vider le lave-vaissselle, désherber le rond d'iris (j'avais cette tache en horreur par dessus tout), ramasser le linge et bien non elle repérait instantanément la seule chose que nous avions oublié. Et bien souvent nous agissons comme elle. Nous sommes en semi-confinement et nous allons nous croire en prison. Notre compagnon va nous dire un seul mot, que nous allons mal interprété et ça y est, la boîte à ressasser se met en marche jusqu'à en oublier l'essentiel : l'amour qu'il y a entre nous. Une solution : prendre de la distance, remettre notre point de vue dans son ensemble. L'hyper zoom Mais nous faisons encore pire que de focaliser sur un détail, nous zoomons jusqu'à la démesure. Imaginez voir une araîgnée avec une loupe ultra grossissante ou en hyper zoom. Si nous oublions le fait que la taille réelle de l'araîgnée n'est pas celle que nous observons, cela peut faire peur. Et bien nous agissons souvent comme cela au quotidien. Nous grossissons un détail jusqu'à ce qu'il en soit disproportionné. C'est la petite tâche qui devient une montagne. On fait de l'hyper zoom et cela déstabilise. Une solution : dézoomer, remettre les choses à leur juste proportion. Voir ce que je n'ai pas Nous avons également une tendance à voir ce que nous n'avons pas et oublier tout ce que nous avons. Cela crée de la frustration et du mécontentement. Je ne peux pas aller au restaurant ! Oui mais je peux aller chercher des plats à emporter. Je ne peux pas partir en vacances, oui mais j'ai du temps pour m'occuper de moi, être créative... Une solution : m'attacher à voir tout ce que j'ai et laisser venir de la gratitude. Apprendre à relativiser s'impose Une distanciation spaciale Je m'éloigne, je regarde ce que je vis de plus loin. Je regarde en plan large. Je me mets sur la lune ou le soleil pour m'observer et observer la situation. Pour m'aider : j'écoute la très belle méditation de la Porte des Emotions "je prends de la hauteur". Je l'adore, je viens juste de la mettre en ligne. Une distanciation temporelle Je me visualise dans 5, 10 ou 20 ans ou encore au moment de ma propre mort : que penserais-je alors de ce qui s'est passé aujourd'hui? Pour m'aider : j'écoute la méditation de la Porte des Emotions"Je prends de la distance par rappport à mon émotion" Une distanciation extra-personnelle J'adopte un autre point de vue : que penserait le voisin, ma meilleure amie, la personne la plus sage que je connaisse, un maître de sagesse... Pour m'aider, j'écoute la méditation de la Porte du Mental "je change de façon de penser" Je vois tout ce que j'ai Je prends de temps noter tout ce que j'ai eu et tout ce que j'ai et d'en éprouver de la reconnaissance. Je prends conscience également de tout l'amour que j'ai de mes proches, de tout ce qui va bien avec eux et non de ruminer les petits détails qui me font douter, avoir peur... Pour m'aider, j'écoute la méditation de la Porte des Emotions "Ce qui me rend heureux" ou celle de la Porte du Mental "Je pense à mon passé avec bienveillance" ​ Savez-vous que pour exister cette newsletter a besoin d'être partagé, de voyager, d'être commenté. Merci de l'aider à se promener, à essaimer.. A qui ferait-elle du bien dans votre liste de contact?


13 vues

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • Instagram
© 2015-2020 | Catherine Amberny

Siteweb : Romain Griat | griat.romain@gmail.com