top of page

S'occuper de ses blessures d'âme grâce aux méditations

Dernière mise à jour : 18 déc. 2023

Dans cet article vous trouverez :

  • un résumé des caractéristiques de chaque blessure

  • et pour chaque blessure, des pistes pour vous occuper de vous par rapport à une blessure.


Qu'est-ce que les blessures d'âme?


Les blessures d'âme sont des termes utilisés pour décrire des expériences douloureuses qui ont eu un impact profond sur notre bien-être et notre développement personnel. Elles déterminent bien souvent des comportements spécifiques comme vous pourrez le découvrir ci-après.


Elles sont bien souvent issues d'autres vies et sont réveillées dans notre enfance, généralement par nos parents, puis tout au long de notre vie pour que nous en prenions conscience et les libérions.


Ces blessures peuvent avoir des répercussions durables sur notre estime de soi, nos relations et notre bien-être.

La guérison de ces blessures peut nécessiter du temps, du soutien et des approches thérapeutiques adaptées pour permettre la résolution et la croissance personnelle.


La blessure de rejet

Lorsque je souffre de cette blessure, je me sens rejetée. Je ne pense pas avoir le droit d'exister et j'ai tendance à fuir en utilisant le sommeil, la drogue, l'imaginaire ainsi que vers tout ce qui est intellectuel, voir spirituel.

Mais comme dans toute blessure, en fuyant, c'est bien moi qui rejette les autres. J'aimerai être parfaite et j'ai des difficultés à croire que l’on puisse m’aimer. Tout cela me fait rechercher la solitude.


Réalité psychologique essentielle : Je me rejette moi-même et il sera important que je retrouve quelle partie de moi je rejette pour pouvoir à nouveau l'accueillir. Je vais devoir apprendre à être présente quelque soit les circonstances et habiter vraiment tout mon être pour apprécier mon essence.


Réalité énergétique essentielle : je fuis énergiquement mon corps par l'arrière et le haut et lorsque je me sens agressée, je repousse les autres par un mur épais que j'érige autour de moi.


Exemple de Ludivine : Ludivine préfère la solitude et n'aime pas les groupes. D'abord, elle n'a rien à dire d'intéressant à personne et se sent très vite rejetée. Je lui fais voir le mur qu'elle érige autour d'elle qui a tendance à repousser les autres d'autant plus violemment lorsqu'elle se sent en colère. Je la reconnecte avec sa source dans son coeur et je l'invite à pratiquer la présence élargie. Elle apprend alors à s'épanouir avec d'autres personnes et à ne plus fuir et ériger un mur énergétique pour se protéger.


Les solutions pour s'aide à traiter une blessure de rejet


Pratiquer la présence pour apprendre à ne plus fuir

Écouter la méditation "La présence"

A faire quotidiennement, jusqu'à savoir le faire alors même que nous avons envie de fuir. La vie se vit plus intensément dans la pleine présence.

Découvrir son essence parfaite, bien souvent la personne l'a protégée et enfermée dans son coeur et l'a oublié.

Écouter la méditation "Le temple de mon coeur"

La faire deux ou trois fois par mois jusqu'à sentir que vous êtes capable d'ouvrir votre propre lumière intérieure.

Apprendre à s'aimer pour accepter que l'autre puisse m'aimer.

Une fois que vous aurez commencé à mieux vous aimer, je vous conseille de prendre conscience de votre capacité à recevoir l'amour d'autrui.

Comprendre que les relations ne sont que le miroir de ce que je suis et que je peux tout à fait être à l'origine de relations de qualité;

Écouter la méditation "Je développe des relations de qualité"

A retravailler, dès que vous vous sentez fuir dans vos relations.

Comme pour chacune des blessures, il est important de s'enraciner

Cet enracinement devrait devenir une pratique quotidienne pour vous sentir plus solide, plus présent, plus stable.




La blessure d'abandon

Lorsque je souffre de la blessure d'abandon, je pense que la solution ne peut venir que de l'extérieur, que je ne peux pas y arriver toute seule et j'ai tendance à être dépendante d'autrui. Je recherche souvent le soutien et l'attention des personnes que je côtoyé. Je peux me poser en victime. J'ai des difficultés à me décider, je ne supporte ni le vide, ni la solitude et j'ai souvent un sentiment de manque et de frustration.


Réalité psychologique essentielle : Dans l’abandon, le sage est emmuré et je n'y ai plus accès et je le cherche à l’extérieur. Il va donc falloir que je cesse d'abandonner le sage en moi et que je le libère ce sage afin de ne plus être dépendant d'autrui.


Réalité énergétique essentielle : je ne sais pas me relier à mon énergie primale et je la cherche à l'extérieur jusqu'à la prendre à autrui d'une manière inconsciente souvent, en me reliant à son plexus solaire. Bien souvent, je ne suis pas connectée à mon noyau ou cellule embryonnaire et il est important de recréer la connexion.


Exemple de Zoé : il lui semble qu'à l’intérieur d’elle, il ya une vieille et méchante sorcière qu'elle tient emprisonnée tant bien que mal. Elle s’aperçoit au cours de sa thérapie que c’est sa propre essence, qui est à la fois puissante et sage et qu'elle peut la libérer pour qu'elle puisse enfin s'épanouir.

Exemple de Stéphan : il est sans cesse fatigué et ne sait pas régénérer son énergie. Quelques jours après sa conception, il a dressé un mur pour se couper de cette énergie et a des difficultés à avoir accès aux richesses de son âme. Une fois reconnecté à sa toute première cellule, l'énergie afflue intensément dans tout son corps et il se vit plus lumineux. Il pense, qu'il va enfin pouvoir passer à l'action.



Les solutions pour s'aider à guérir une blessure d'abandon

Délivrer le maître intérieur ou le sage intérieur : comprendre qu'au fond de soi, il y a du beau, du bon et du bien.

Écouter la méditation classée dans spiritualité " Je découvre mon essence parfaite"

L'écouter 1 fois par semaine jusqu'à vous sentir familier avec cet espace.

Apprendre à se relier avec la toute première source de son énergie vitale : sa toute première cellule ou cellule embryonnaire pour ensuite se relier à l'énergie de la terre et de l'espace.

Suivre cette méditation plusieurs fois par mois, dès que vous manquez d'énergie ou que vous vous sentez dépendant d'autrui.

Apprendre à remplir son champ aurique

La suivre une fois par semaine pour régénérer votre aura et vous sentir protégé.

Travailler sur la sensation de manque qui revient régulièrement.

Pour suivre cette méditation, vous pouvez choisir de travailler avec les mots "abondance", "connexion", "confiance", "énergie" ou tout autre mot qui s'imposera à vous.

Pour chaque blessure, il est important de s'enraciner.


La blessure d'humiliation

Lorsque je souffre de la blessure d'humiliation, je me sens responsable de tout ce qui arrive, voire coupable. Je m'occupe des autres bien avant de m'occuper de moi-même. Je refoule mes propres besoins par peur de perdre le contrôle ou encore d'avoir honte. J'ai parfois des difficultés à me différencier des autres et suis dans une hypersensibilité. Je peux me poser en victime. J'ai tendance à m'humilier moi-même, à m'auto-punir, voire à me saboter. J'ai un comportement à tendance masochiste. Bien souvent les autres se moquent de moi. Et je peux répondre par des "piques" lorsque je me sens en colère. Parfois, je peux croire que ce sont les autres, ou encore une instance supérieure (Dieu...) qui me punit.



Réalité psychologique essentielle : Souvent un de mes parents m' a porté un amour conditionnel et a pu me considérer comme une extension de lui-même. Souvent par amour, j'ai laissé un bout de mon âme à l’un de mes deux parents, souvent par amour (un bon énergéticien devrait pouvoir facilement vous aider) et j'ai des difficultés à me différencier d’autrui. J'ai facilement tendance à m'auto-humilier, voire avoir honte de moi.


Réalité énergétique essentielle : je m'enferme dans mon propre corps comme dans une prison. Je laisse ma ligne hara ou ligne d'intention sortir de mon propre corps pour mieux répondre aux besoins des autres.



Les méditations pour vous aider

Comme les couches d'aura sont souvent poreuses, il faudra les consolider.

Ecouter la méditation "Conscience et nettoyage de mon aura"

A suivre une fois par semaine jusqu'à vous sentir plus fort. Puis une fois par mois en entretien.

Apprendre à se différencier d'autrui et notamment de ses parents.

Faire ces méditations en prenant le temps d'écrire vos remarques et voir comme elles évoluent dans le temps.

Apprendre à s'aimer vraiment

A faire et refaire jusqu'à ce que vous puissiez vous aimez et vous acceptez tel que vous êtes.

Se recentrer vraiment sur soi-même, sans vouloir répondre en premier aux autres et remettre vos capacités d'empathie à des justes proportions.

Suivre la méditation "Alignement en 3D" et couper les liens énergétiques négatifs avec ses proches avec "J'apprends à libérer les liens énergétiques négatifs"

A suivre presque quotidiennement jusqu'à être conscient de cette ligne verticale dans le centre de votre corps. Cette ligne doit rester au centre de votre être.

S'ouvrir, sortir de la prison de son corps.

Lorsque vous en avez envie...



La blessure de trahison

Lorsque je souffre de blessure de trahison, je suis plutôt une personne à forte personnalité, j'aime que l'on me voit, j'aime séduire, être charismatique. Je supporte difficilement la contracdiction. Je n'aime pas le mensonge et pourtant j'ai tellement besoin de contrôler les autres pour me sentir en sécurité que je peux les manipuler et donc mentir, tricher. Ce n'est pas simple pour moi de m'engager dans une relation avec une personne de l'autre sexe parce que je ne lui fais pas confiance. J'ai tendance à ne pas prendre mes responsabilités. J'ai vraiment l'impression d'être quelqu'un de spécial, un peu supérieur aux autres. Je pense que la vie est un combat ou une compétition permanente.



Réalité psychologique essentielle : Dans la trahison, j'ai un comportement de contrôlant et je me trahis moi-même ou encore je trahis une partie de moi (sous-personnalité...)


Réalité énergétique essentielle : mon être est morcelé ou dissocié, il me faudra travailler sur la réunification et l'unité. Je me sens très puissante et je peux bloquer les centres de la tête d'autrui ce qui empêche mon interlocuteur d'avoir accès à sa propre réflexion.



Les méditations pour m'aider à traiter une blessure de trahison

Apprendre à s'aimer et se sentir aimé est un pas important dans cette blessure

Le faire régulièrement jusqu'à avoir une opinion plus positive de vous-même et de la vie.

Il est important de réunifier son être.

Continuer jusqu'à vous sentir plus uni.

Au-delà, comprendre que nous sommes tous un.

Autant que vous en avez envie.

Comprendre que ce que je vis correspond à ce que je souhaite apprendre.

Je conseille cette méditation aux personnes qui ont déjà bien travaillées sur elles.

Pour un recentrage profond.

A ré-écouter régulièrement



La blessure d'injustice ou de jugement

Généralité

Lorsque je souffre de la blessure d'inusitée, je suis très perfectionniste et je veux vivre dans un monde parfait et surtout faire à la perfection. Je donne l'apparence d'être optimiste même si rien ne va. Je ne veux pas ressentir pour ne pas souffrir, donc je me ferme à mes émotions et devient rigide. J'ai tendance à fuir mon propre monde intérieur.

Je ne respecte pas ses limites mais je sais me contrôle facilement. Je ne supporte vraiment pas le jugement, mais si je suis honnête je peux m'apercevoir que je suis souvent dans le jugement. .


Réalité psychologique essentielle : Dans l’injustice, je ne suis plus relié à son noyau divin ou cellule embryonnaire. Il va me falloir apprendre à m’y reconnecter. Je suis souvent rigide et injuste avec moi-même et je me juge facilement.


Réalité énergétique essentielle : mon aura semble très belle et pourtant elle est immobilie et rigide. J'ai érigé un mur autour de moi pour ne pas ressentir. D'ailleurs les couches paires de mon aura sont atrophiées.


Les méditations pour vous aider

Il est important de se relier à sa toute première cellule dont vous êtes souvent déconnectée.

A écouter régulièrement jusqu'à sentir que c'est fait pour vous.

Accepter de ressentir et de comprendre le langage de vos émotions : votre vie sera plus riche.

Continuez également jusqu'à ce que cela vous semble facile.

L'injustice est souvent provoqué par un jugement bien arrêté. Il est important de comprendre que lorsque je juge, cela me parle de moi.

A faire dès que vous vous prenez en flagrant délit de juger.

Apprendre à lâcher-prise est un travail important lorsque la personne vit cette blessure.

A suivre selon vos envies

Ce travail devrait amené plus de souplesse à votre comportement

A faire au moins une fois par semaine


Attention : guérir d'une blessure d'âme demande entre quelques mois à 2 ans.


Et si toutes ces méditations ne vous suffisent pas, je crée avec vous et uniquement pour vous votre propre méditation ou votre propre plan de guérison.



Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page