PHYSIQUE

Comment mon corps communique-t-il ?

Mon corps s'exprime essentiellement à l'aide de ressentis :

 

Les ressentis peuvent être agréables :

  • bien-être,

  • sensation d'énergie,

  • d'espace...

 

Ou les ressentis peuvent être désagréables : 

  • Sensation de fatigue,

  • de tensions,

  • de mal-être,

  • Douleur

  • Maladie…

 

Ou encore les ressentis peuvent être neutre.

Parfois il murmure, parfois il peut aller jusqu’à crier de douleur. Il est important d'apprendre à écouter et comprendre le langage de notre corps. Car ce corps est notre baromètre intérieur, avec lequel je ne peux pas tricher. Il réagit à tout ce que je vis, il me parle, il communique avec moi. 

Ou encore les ressentis peuvent être neutres

 

Parfois il murmure, parfois il peut aller jusqu’à crier de douleur. Il est important d'apprendre à écouter et comprendre le langage de notre corps. Car ce corps est notre baromètre intérieur, avec lequel je ne peux pas tricher. Il réagit à tout ce que je vis et surtout à mes pensées et à mes émotions, il me parle, il communique avec moi. 

Je vous invite plusieurs fois par jour à prendre le temps de percevoir votre corps ressentir vos différentes pensées et émotions. Et à trouver des stratégies de penser qui aident votre corps à se sentir bien ou mieux...

Pour mieux comprendre son langage, je vous conseille:

  • Avec le Reiki : interrogation de la mémoire cellulaire ou du subconscient

  • En sophrologie : focalisation sur la zone à travailler ou encore travail avec les écrans mentaux. 

  • Voir le livre "les 7 portes de mon être" chapitre 1

 

 

 

 

 

 

Comment voir la maladie

 

 

Bien trop souvent encore, nous considérons la maladie comme une ennemie ou quelque chose à combattre. Et pourtant la maladie est une manifestation de notre corps pour nous permettre de comprendre quelque chose, pour nous aider à recevoir un message.

 

Les causes de la maladie : réponses des élèves

 

 Lorsque j’ai demandé aux élèves : «  d’après vous quelles sont les causes de la maladie », les réponses ont été multiples :

 

 

  •  Refus de ses responsabilités. Par exemple, se casser un bras pour ne pas aller travailler. Dans responsabilité, entendre répondre de ses actes. Bien souvent lorsque nous ne répondons pas de nos actes, nous nous culpabilisons. Refuser par exemple d’accueillir ce qui est.

  •  Conflit entre nos conceptions du monde et bien souvent entre nos notions du bien ou du mal. Comme un conflit entre deux programmes. Des contradictions ou des combats intérieurs tel que je ne dois pas dire non et pourtant je n’en ai pas envie…

  •  Refus de lâcher-prise…

  •  Besoin d’attirer l’attention pour recevoir de la sympathie, de l’amour

  •  Besoin d’être un « martyre »

  •  Volonté de se punir soi-même : les blessures masochistes.

  •  Chantage contre une tierce personne : tu ne partiras pas parce que je suis malade…

  •  Complexe de célébrité : « personne ne peut me guérir !»

  •  Vengeance…

  •  Fuite

  •  Stress

  •  Mauvaise hygiène de vie : cumul de toxine

  •  Pensées négatives

  •  Emotions : colère, rancœur, tristesse, rumination, frustration, chagrin, peur, trop de joie, anxiété, inquiétude, jalousie, culpabilité… Voir les causes de la maladie selon la tradition chinoise.

  • Besoin de comprendre, de grandir : la maladie peut nous enseigner une notion que nous n'aurions pas comprise, ou encore nous libérer

Comment percevoir la maladie : réponses des élèves.

  • Chemin de purification de notre être profond

  • Gratitude

  • Pardon

  • Acceptation pour pouvoir lâcher-prise

  •  Guérison=se prendre en charge

  •  Nous ne sommes pas obligés d’aimer la maladie, mais nous pouvons être bienveillant pour cet espace en souffrance.

  • Non-violence

  •  Chemin de connaissance de soi…

  • La percevoir comme un ami qui nous dit peut-être des vérités que nous n’aimons pas entendre…

  • C'est un processus de libération 

Exercice pratique : apprendre à comprendre la maladie 

 

 La maladie peut être un chemin, au moins, elle nous montre la voie de ce qui important de nous occuper en nous pour aller mieux.

 

 1. Contacter une douleur ou une souffrance dont vous aimeriez vous occuper aujourd’hui.

 

 2. La maladie peut s’entendre comme un message du corps. Notre corps nous parle jusqu’à crier puisque généralement nous l’entendons sous la forme de la douleur. Que nous dit cette souffrance ? Si vous avez votre deuxième degré de Reiki, activer le SHK et le CKR sur la zone sur laquelle vous souhaitez travailler et demander à la mémoire cellulaire de vous traduire en mot la raison de cette douleur. Si vous ne faites pas de Reiki, faites le calme intérieur et demandez à votre inconscient de rendre conscient les messages de cette maladie. Et essayez de redevenir l’ami(e) de cet espace en souffrance : au moins écoutez-là.

 

 3. Regarder avec bienveillance cet espace et comprendre son besoin : cet espace en souffrance est à regarder avec énormément de bienveillance. Imaginez un petit enfant en train de pleurer, vous n’auriez généralement pas le cœur à le détester mais bien plutôt à tenter de le consoler. Vous pouvez avoir ce regard là sur cette zone en souffrance. Pénétrez dans cette zone et trouvez l’enfant qui souffre. Allez vers lui avec toute votre tendresse, toute votre douceur. Si vous avez votre deuxième degré de Reiki, reliez vous à lui en utilisant le HS et le CR. Et demandez-lui de quoi a-t-il besoin pour retrouver sa pleine harmonie. Donnez lui ce dont il a besoin jusqu’à ce qu’il se sente mieux. Attention parfois, il a plusieurs besoins. C’est toujours le cas pour les maladies graves.

 

 4. Contacter sa propre perfection. La maladie est juste une distorsion plus ou moins grande de notre équilibre de base ou de notre harmonie. Pourtant l’harmonie est là, tout comme le ciel bleu est toujours au-dessus des nuages même si nous l’oublions, notre esprit est toujours pure et vierge de maladie. Descendez dans les profondeurs de vous-mêmes jusqu’à retrouver votre espace d’harmonie ou encore votre paix. Et répétez cette prière de Jack Ensign Addington :

 

"Il n’y a qu’une puissance et cette puissance est Dieu (changer le mot si celui-ci ne vous convient pas).

Il n’y a qu’une vie et cette vie est la vie de Dieu.

Il n’y a donc pas de puissance dans les apparences.

Il n’y a pas de puissance dans les conditions.

Il n’y a pas de puissance dans les circonstances.

Il n’y a pas de puissance dans la maladie.

Il n’y a de puissance qu’en Dieu tout-puissant, et il est moi.

Et il en est ainsi."

 

Laissez grandir votre propre puissance d’amour, votre propre puissance de paix, votre propre lumière et prendre entièrement tout l’espace de votre être.

 

 

 5. Trouver les causes pour les libérer. Même si vous vous sentez mieux, il peut être intéressant de libérer les causes qui ont créées ces symptômes pour que les symptômes n’aient pas à nouveau à se manifester pour signaler que le problème n'est pas résolu. Voir article suivant.

 

 

 6. Gratitude. Si vous en avez besoin, pardonnez à cette zone. Prenez le temps maintenant de remercier avec infiniment d’amour, la zone de votre corps qui a manifesté la souffrance pour que vous puissiez prendre conscience de vos propres déséquilibres. Ou encore cette zone s’est fait entendre pour que vous puissiez retrouver votre nature parfaite et infinie.

 

 

  On n’essaie pas de changer la souffrance, on l’apprécie ; on passe par l’expérience, mais sans la “saisir”. Il faut traverser la souffrance car elle est purificatrice. Sogyal Rinpoché

 

Travailler sur les causes des maladies

 

 

 

La maladie est la partie immergée de l’iceberg. Trouver la cause de la maladie et la guérir, c’est soigner et libérer peu à peu les symptômes.

 

Différents soins sont à privilégiés pour travailler sur les causes tels que : 

 

  • Avec le Reiki :

    • Interrogation de la mémoire cellulaire : SHK et CKR sur la zone malade avec l’intention d’en libérer les causes.

    •  Interrogation du subconscient : SHK et CKR sur la tête. Vous pouvez demander à comprendre les causes qui ont créées ce symptôme ou encore chercher quel est le besoin caché derrière. 

    •  Travail sur et avec l’enfant intérieur

    • Soin mains en nuage : le receveur du soin pense à son problème

    • Travail sur la ligne de vie pour libérer les obstacles…

    • En intuitif avec une intention claire. Par exemple, je souhaite que l'énergie me guide pour traiter les causes de...

    •  IPE (soin troisième degré)...

  • En sophrologie,

    • L'écrans mental

    • focalisation sur la zone et utilisation des 5 sens 

    • travail avec l'enfant intérieur

 

 

     Plus une maladie ou une douleur est présente depuis longtemps, plus vous devrez donner de soin. Je vous conseille de refaire plusieurs traitements jusqu'à ce que les symptômes aient disparues. 

 

 

Katsueki Kokan Ho (massage)

 

 

 

Ce massage Reiki se propose en fin de séance. Chaque mouvement se répète 7 fois, gardez toujours le contact avec une de vos mains avec le corps du receveur.

 

 ·    Gassho

 ·    Une main sur l’épaule gauche, l’autre main effleure 7 fois le bras gauche de l’épaule vers la main.

 ·    Une main sur l’épaule droite, l’autre main effleure 7 fois le bras droit de l’épaule vers la main.

 ·    Une main sur la hanche, l’autre main effleure de la hanche vers le pied. Gassho puis l’autre jambe.

 ·    Le receveur se met sur le ventre : une main sur la nuque, l’autre passe de la nuque vers le coccyx.

 ·    Position du bâton de lumière : une main sur le bas du dos, l’autre sur le haut du dos voir sur la nuque.

 ·    Avec les deux mains, passez du haut du dos en descendant et en quittant sur les côtés du dos. Le premier mouvement,                      les deux mains sont au milieu du dos et descendent sur la ligne médiane du corps et se séparent vers l’extérieur au milieu                des omoplates. Le deuxième mouvement, les deux mains se séparent sous les omoplates… Au septième mouvement, les                    deux mains se séparent sous les fesses.

 

 ·     Position du bâton de lumière : une main sur le bas du dos, l’autre sur le haut du dos voir sur la nuque.

 

 

 

Hesso Chyrio - en autotraitement

 

 

 Hesso, mot japonais,  signifie nombril et Chyrio traitement. Hesso chyrio est le : « Traitement par le nombril ». Cette technique s’utilise essentiellement en autotraitement. Elle nous ramène à quelque chose de très ancien en nous, peut-être jusqu’au moment où nous étions relié à notre mère par le cordon ombilical.

Quand ce point est bien équilibré, il devient comme une gigantesque pompe d’où le sang et l’énergie, notre ki, jaillit pour ensuite se répandre dans tout l’organisme.

 

Pratique

  Placez votre majeur ou votre index dans votre nombril et appliquer une petite pression jusqu’à ressentir une légère pulsion. Il ne s’agit pas de détecter le pouls de votre aorte abdominale se trouvant profondément dans votre ventre à cet endroit, mais le pouls énergétique. Lorsque vous sentez cette pulsion, laissez l’énergie passer par votre doigt jusqu’à sentir une masse d’énergie et peut-être le lieu où se dirige cette énergie dans votre corps.

 

Avantage de cette pratique

 

  Cette façon de pratiquer nous renseigne immédiatement sur les endroits de notre corps qui ont besoin d'énergie.  Quand l'énergie est à l'idéal dans un endroit, elle se dirige vers un autre espace qui en a besoin. Certaines personnes sentent où va l'énergie, d'autres voient où elle se dirige...Au fur et à mesure vous pourrez affiner vos perceptions savoir s'il faut beaucoup d'énergie dans cet espace ou peu d'énergie. Certains praticiens perçoivent l'énergie de couleurs différentes ou encore perçoivent une différence dans le flux d'énergie selon leur besoins. 

 

Cet exercice se pratique jusqu'à ce que vous n'en ayez plus besoin et bien-sûr selon le temps que vous vous accordez...

 

 

 

 

 

 

La maladie = le mal a dit

Et que nous dit-il ?

Si je trouve la cause qui a créée la maladie, 

Le symptôme a-t-il encore besoin de persister? 

J'écoute mon corps  communiquer et j'apprends son langage : le ressenti. 

Mieux vivre la ménopause 

La ménopause est une étape de la vie féminine– véritable bouleversement hormonal - qui peut se vivre sans autre symptôme que l’arrêt des menstruations.

Or pour bien des personnes, ce n’est pas le cas. Certaines femmes vont souffrir de troubles de l’humeur, de bouffées de chaleur, de baisse de libido, de sécheresse vaginale, de troubles du sommeil…

Que nous dit notre corps en manifestant ces différents symptômes ? Les réponses en réalité sont en nous.

La première question que je vous inviterai à vous poser est : que représente pour vous ce temps de la ménopause ?

 

​​

Pour commencer à vous aider à comprendre que, ce que vous pensez influence vos ressentis corporels et votre santé, prenez le temps de noter ce que cette période de la ménopause signifie pour vous.

 

Ce que je pense de négatif au sujet de la ménopause

Exemple : j’ai peur de plus être aimée et désirée - j'ai peur de vieillir - de ne plus servir à rien...

  1.    

  2.   

  3.   

  4.   

  5.   

  6.   

  7.  

 

Tout simplement prenez conscience que ce que vous pensez, votre corps le ressent. Je vous invite pour mieux le comprendre à le vivre.

Un acte écologique : la prévention

  Dans la médecine traditionnelle chinoise, l’habitude était d’aller consulter son acupuncteur pour entretenir son équilibre. Et le client payait son médecin uniquement s’il n’était pas malade. Nous sommes loin de cet état de penser quand nous savons que nous sommes l’un des pays qui consomme le plus d’antibiotique au monde (les 8ème).

Nous entendons beaucoup parler de respecter notre environnement alors commençons par nous-même. Pensons prévention de notre être tant au niveau de notre santé physique que psychique.

Toutes les techniques douces sont excellentes en préventives. Et le dicton le dit bien « il faut mieux prévenir que guérir. »

Pourquoi y-a-t-il de plus en plus de burnout ces derniers temps ? Pourtant avant de faire un burnout, il y a eu toute une série de manifestation alarmante : fatigue, ras le bol, perte d’envie, lourdeur, syndrome dépressif, insomnie… et ceux sur une durée assez longue.

Une maladie met en général un certain temps avant de se manifester et il nous est possible d’être attentif aux signaux d’alarme de notre corps et de les prendre en charge bien avant que la maladie ne se déclenche.

Alors que puis-je faire pour rester en bonne santé?

1 - J’écoute mon corps et je comprends qu’il communique avec moi à base de ressenti : je l’écoute dès que je ressens de la fatigue, des douleurs, etc et j’essaye de prendre en compte ce qu’il me dit. Pour m’aider, je peux privilégier :​

  1. La détente : sophrologie, yoga…

  2. Je vérifie que la manière dont je le nourris correspond bien à mes besoins profonds

  3. Je pense à l’entretenir et je peux faire un peu de sport

  4. Je fais ma séance de Reiki quotidiennement : excellente technique préventive. Si je ne sais pas faire du Reiki, je vais chez un praticien Reiki avant tous les changements de saison pour rééquilibrer mes énergies.

  5. Je vais voir un thérapeute pour m’aider à comprendre le langage de mon corps

  6. Je m’inscris à l’atelier 1 des 7 portes de mon être : « le corps ».

  7. La méditation consciente que je peux pratiquer dans bien des endroits différents : une file d’attente, dans les transports, avant de m’endormir… Voir les enregistrements de Christophe André que vous retrouvez sur internet

2 - Je prends conscience de mes émotions surtout si elles sont désagréables. Pour m’aider, je peux privilégier :

  1. La méditation et la sophrologie pour clarifier et accepter ce que je ressens.

  2. J’apprends à comprendre le besoin caché derrière mes émotions : voir la communication non violente de Rosenberg

  3. J’apprends à me donner ce dont j’ai vraiment besoin : je peux utiliser le Reiki pour cela ou encore le sophrologie

  4. Je vais voir un thérapeute pour m’aider à comprendre le langage de mes émotions

  5. Je m’inscris à l’atelier 2 des 7 portes de mon être : « les émotions ».

3 - Je prends conscience que mes pensées construisent ma réalité et que mes émotions et mes ressentis physiques sont directement liés à toutes mes pensées. Pour m’aider, je peux privilégier :

  1. « le travail » de Katie Byron pour explorer la véracité de mes pensées (voir sur internet)

  2. L’apprentissage de la transformation des pensées négatives en pensées positives ou utiles

  3. La méditation, la sophrologie, le yoga ou encore le Reiki pour mieux savoir faire le calme mental

  4.  Je vais voir un thérapeute pour m’aider à gérer mes pensées

  5. Je m’inscris à l’atelier 3 des 7 portes de mon être : « le mental »